Sign in / Join

Comment faire l'analyse d'une entreprise ?

Deuxième partie du diagnostic financier :

ANALYSE D'ACTIVITÉ (1/2)

A lire en complément : Quelles sont les conditions pour faire un licenciement economique ?

Après avoir collecté et traité les informations financières, il est temps d'analyser l'activité.

A lire aussi : Comment faire pour augmenter le chiffre d'affaire d'une entreprise ?

Le diagnostic de l'entreprise commence vraiment au cours de cette partie.

PLAN

J'ai divisé l'analyse de l'activité en 2 articles afin de vous offrir une meilleure présentation.

L'analyse de l'activité permettra de situer l'entreprise par rapport à :

  • à sa dynamique  : croissance, régression...
  • sur le marché  : gains ou pertes sur le
  • vers
  • marché concurrents

Vous trouverez ci-dessous une fiche résumant la première partie de l'analyse d'activité :

Analysis_of_Activity

1 — LE DIAGNOSTIC ÉCONOMIQUE

Avant de se lancer dans des analyses quantitatives de l'activité, de la rentabilité ou du financement, l'analyste devra étudier l'environnement commercial de l'entreprise.

Selon les Vernimmen, il existe deux conditions préalables à l'analyse de l'activité :

Tout d'abord, bien comprendre l'activité :

  • le (s) marché (s)
  • le (s) produit (s)
  • le processus de fabrication
  • le réseau de distribution
  • les hommes et les femmes de l'entreprise

Et puis comprendre la comptabilité choix faits par l'entreprise :

  • Étude des rapports de l'auditeur
  • Études des principes comptables (informations financières des FC)

2 — ANALYSE DU CHIFFRE D'AFFAIRES

  • Premier réflexe : analyse simple et efficace de l'activité par le chiffre d'affaires (chiffre d'affaires)

« Les ventes ont-elles augmenté par rapport aux années précédentes ?

» Le chiffre d'affaires est l'obsession de tout chef d'entreprise, sans CA : aucune activité.

L'AC représente les ventes de l'entreprise. Nous analysons son évolution en fonction de :

  • temps : nous comparons 2 périodes ou plus entre elles (N et N-1...)
  • au secteur (géographique, secteur d'activité...)
  • vers produits/services
  • aux concurrents
  • aux prévisions (analyse des écarts réalisés et prévus)

3 — ANALYSE DES MARGES

Définition :

  • Une marge est une différence entre un volume d'affaires et un résultat.
  • Un taux de marge est utilisé pour calculer un ratio entre un résultat et un volume d'affaires

Exemple :

  • Marge de coût variable (CVM) = CA — Coûts variables
  • Taux CVD = (MCV/CA ) *
  • 100

  • Deuxième réflexe : regarder le résultat comptable net (RCN) .

« L'entreprise est-elle bénéficiaire ? Ou est-elle perdue ?

Parce qu'il ne suffit pas de réaliser un profit pour en faire un»  !

C'est pourquoi nous allons devoir analyser les marges .

Le RCN est la différence entre tous les revenus et dépenses de l'entreprise : c'est le solde du compte de résultat .

Toutefois, afin d'analyser la performance opérationnelle de l'entreprise, sa capacité commerciale, ses stratégies d'investissement et de financement : il sera nécessaire d'analyser les différentes composantes du RNC.

Pour analyser les marges, le SIG est principalement utilisé : les soldes de gestion intermédiaires.

Les SIG sont calculés en « cascade », à partir des ventes de l'entreprise et en arrivant au résultat comptable net (NCR).

Ils vous permettent d'analyser en profondeur et assez rapidement les performances d'une entreprise ou d'un groupe, sur la base de son compte de résultat.

Vous pouvez télécharger une fiche SIG détaillée en cliquant sur l'icône ci-dessous. Cela vous permettra de mieux comprendre le reste de l'article 🙂

SIG

« La mariée était trop belle »

A) Précautions des analystes :

  • L'importance d'une comptabilité rigoureuse et de la conformité aux normes comptables (rapports financiers des FC).

En effet, la rigueur de la répartition des différentes dépenses comptables par nature (dépenses opérationnelles, financières ou exceptionnelles) est primordiale.

L'analyste doit être vigilant quant à la bonne répartition de ces dépenses car certains résultats (REX ou EBE) peuvent être modifiés pour :

  • répondre aux contraintes externes (exigences des agences de financement, des acheteurs)
  • comparez-vous à d'autres entreprises du même secteur

D'où l'expression « se plaignant que la mariée était trop belle ».

➡️ Voir cet article d'Echos sur le fiasco de l'introduction en bourse de Wework

  • Analyser les modifications

Ensuite, il est impératif d'analyser l'évolution, la tendance des marges sur plusieurs exercices financiers. Dans le but de comprendre comment se forment les résultats de l'entreprise et comment ils varient.

Pour cela, la formule essentielle est le taux de changement :

(Valeur d'arrivée — Valeur de départ) /Valeur de départ

(x 100 pour obtenir un pourcentage) 😉

  • Analyse
  • stratégique

Enfin, derrière chaque évolution quantitative, l'analyste devra trouver des explications qualitatives et mettre en avant la stratégie de l'entreprise .

Exemple :

Une augmentation du chiffre d'affaires parallèlement à une baisse de la marge commerciale peut sans aucun doute démontrer une stratégie de vente sur les volumes (études de cas).

SIG

B) La formation du résultat d'exploitation :

Le REX reflète la performance des activités de l'entreprise . C'est un SIG très important pour :

  • les cadres
  • les fournisseurs de capitaux (actionnaires)
  • créanciers (en particulier les banques)

Le résultat opérationnel est dérivé de 4 SIG  :

  • La production

Ce solde ne concerne que les entreprises ayant une activité de production.

Production vente Production stockée Production fixe

= PRODUCTION

  • La marge commerciale

Ce solde est réservé aux sociétés de négoce qui achète et vend des biens.

Ventes de marchandises — Coût d'achat des biens vendus

= COMMERCIAL MARGE

C'est le cheval de bataille des dirigeants et des gestionnaires : surveiller de près.

marges commerciales reflètent la capacité de l'entreprise à vendre ses biens et services : la performance de l'entreprise. Les

FOCUS  : Marge brute

Cette marge concerne les entreprises ayant à la fois une activité de production et une activité commerciale.

Nous parlons d'activité mixte .

Cette marge doit être mise en perspective par rapport au poids de chaque activité dans le chiffre d'affaires.

Marge commerciale Production = MARGE BRUTE

  • Valeur ajoutée (VA)

Concept trouvé en macroéconomie, l'AV est utilisé pour calculer la création de valeur de l'entreprise.

(Production Marge commerciale) — consommation externe

= VALEUR AJOUTÉE

Consommation extérieure : loyers, locations de bâtiments et de matériaux, achats non stockables de matériaux et de fournitures (eau, électricité, petit équipement, entretien, fournitures administratives, etc.).

L'AV sert à rémunérer les facteurs de production .

Il existe donc des ratios de distribution VA  :

  • Part des salariés dans l'AV = (Salaires cotisations de sécurité sociale) /PV
  • Part des prélèvements publics dans la VA = (Impôts Impôts)/ PV
  • Part du coût de la dette dans le PV = Charges financières/PV
  • Part des investisseurs dans PV = Dividendes/PV

Focus  : Rémunération du personnel

L'analyste doit toujours être attentif à ce poste de travail, qui est souvent important. Quelques ratios :

  • Salaire surchargé moyen : dépenses de personnel/effectif moyen
  • Productivité du personnel : chiffre d'affaires ou VA /effectif moyen
  • Excédent brut d'exploitation (GBS)

L'EBE est l'indicateur de la performance économique de l'entreprise :

⇒ il est déterminé avant tout impact de la politique financière et fiscale.

C'est donc un très bon indicateur pour faire des comparaisons avec les concurrents .

Si l'analyste souhaite connaître la qualité et la performance de l'activité de l'entreprise, il analysera directement le montant de l'EBE.

VA Subventions d'exploitation — Impôts (sauf IS) — Coûts de personnel

= EBE

  • Résultat d'exploitation (REX)

Le SIG est au centre de l'attention de tous les analystes  !

Il mesure les performances (tout comme l'EBE) mais en tenant compte de la politique d'investissement .

Comme vu plus haut, REX peut être victime de certaines déviations en raison de son importance. Ainsi, l'analyse devra vérifier les composantes de ce résultat (analyse des comptes de dépenses).

Le ratio de marge opérationnelle (ou marge) d'exploitation), son évolution dans le temps ainsi que sa comparaison (concurrents, données sectorielles) permettent de connaître rapidement le niveau de performance de l'entreprise ou du groupe en question.

⇒ Opérationnel/Fonctionnement Marge = REX/CA

EBE

— Indemnités d'amortissement

Remboursements sur amortissement

/- Autres revenus/dépenses de gestion quotidienne

= RÉSULTAT D'EXPLOITATION

C) La distribution du REX

Le REX est ensuite divisé entre les différents bailleurs de fonds :

  • le résultat financier (inclus dans la CCAI) concerne les créanciers (institutions financières)
  • le bénéfice net concerne les actionnaires (résultat potentiellement distribuable)
  • Bénéfice actuel avant impôts (RCAI)

La caractéristique de RCAI est qu'elle tient compte de la politique financière de l'entreprise  :

Produits financiers REX — charges financières = RCAI

NB : Produits financiers — Dépenses financières = Résultat financier

  • Résultat comptable net (RCN)

Le dernier solde de SIG, c'est également le dernier solde du bilan de l'entreprise, enregistré en capitaux propres (compte 120 pour le bénéfice, 119 pour les pertes).

Le RNC est une « part des actionnaires » et un indicateur de la santé de l'entreprise .

Le bénéfice peut être distribué sous forme de dividendes ou mis en réserve (pour investir, augmenter la valeur de l'entreprise ou simplement par prudence ou prévision).

Il convient de noter que le RNC sert de base au calcul (extra-comptable) du résultat fiscal destiné à l'État (impôts sur les bénéfices et autres contributions).

CCAI

/- Produits impayés (résultat exceptionnel)

— C'EST

— Participation des employés

= RÉSULTAT COMPTABLE NET

L'analyste devra faire attention au résultat exceptionnel qui ne doit pas biaiser l'analyse que l'on pourrait avoir, en regardant directement le montant du CDN.

Par définition, le résultat exceptionnel n'est pas récurrent et n'est donc pas synonyme de performance .

Il est constitué de provisions exceptionnelles ou de produits de la cession d'actifs.

FOCUS : CAF ⇒ capacité d'autofinancement

Le CAF est un indicateur de « cash flow »  : il mesure la capacité de l'entreprise pour générer des liquidités grâce à son activité.

Il s'agit d'un indicateur important pour les banques.

Il existe deux méthodes pour calculer la CAF :

  • La méthode additive : nous ajoutons les dépenses non monétaires au bénéfice net :

RNC

Allocations pour amortissement

Dépréciations d'actifs immobilisées

/- Profits ou pertes sur les cessions d'actifs

  • La méthode soustractive : nous ajoutons à l'EBE les résultats ayant un impact sur le flux de trésorerie (net d'impôt sur les sociétés) :

EBE

Résultat financier (à l'exclusion des dotations aux dépréciations financières nettes des rachats)

Résultat non récurrent ayant un impact sur la trésorerie (hors gains et pertes sur vente)

— C'EST

La CAF va servir :

  • financement de la maintenance ou du renouvellement de l'outil de production
  • rémunération de capital , in the form of dividend distribution
  • to the financing of growth , either not investment financing or by contribution to the repayment of loans

Continuation and end of the analysis of l’activité dans l’article 2/2.

Maxime

Retrouvez moi sur :

Livres sur le sujet :

Show Buttons
Hide Buttons